Rétro-Pro-Spective
Exposition collective
1er mai - 2 juillet 2017

Retro-Pro-Spective à la galerie AMJ

j'ai le plaisir de vous annoncer « Retro-Pro-Spective », exposition  qui du 1er mai au 2 juillet va vous permettre de vous souvenir des cinq années d’expositions passées, depuis 2012, augmentant en puissance et en acuité vos regards et vos émotions, quant au travail des artistes que vous reconnaitrez, et de vous projeter jusqu’en 2020, à la rencontre avec d'autres artistes d’ici ou de très loin qui vous dévoileront un peu de leur travail et je vous sais déjà curieux, impatients, et attentifs.
Une trentaine d’artistes au total présenteront deux ou trois oeuvres chacun.

La forme?
Pendant deux longs mois nous mélangerons tout des artistes, des styles, des techniques, des tailles, et des notoriétés. Même de la place des œuvres … Vous devrez aiguiser votre mémoire, votre attention, votre regard, et même adapter vos sens, ainsi que votre volonté à pénétrer vraiment chacun des détails qui vous aura interpellés et si cela ne suffit pas, s’il vous plaît, amenez aussi vos loupes, vos jumelles, ou vos lunettes de spectacle, car nous l'avons décidé, vous en aurez bien besoin...



Rétro-Pro-Spective, versant dessin

Ils sont nombreux, les artistes de cette exposition qui sont au plus profond d'eux même des dessinateurs dont l'œuvre évoque une écriture intime tournée vers celle ou celui qui regarde, qui lit, qui interprète, qui absorbe, qui considère, qui pèse, qui discute, ou qui accepte la discussion proposée, avec l'honnêteté de la vraie grande frontalité. 
Le dessin permet de tout aborder des grands sujets de notre humaine condition: documentaires, factuels, mémoriels, historiques, juridiques incitant aux rêves, à la poésie, à la concentration, à la représentation, à la détermination sensible, sociale, politique et introspective de nos propres valeurs...
Le dessin a ses propres arguments pour rentrer en relation avec ses amateurs :
Il peut être très figuratif, très caricatural ou très complaisant, très explicatif, très humoristique, très admiratif, mais il est toujours le lien le plus direct entre son auteur et son alter pas forcément ego.
Depuis la nuit des temps explorés.
Remy Bertrand, Laurent Bonneau, Margot Guillemot-Jaumaud, Michel Danton, Chiehsen Chiu, Pepe Doñate, Fatiha el Hadi, Philippe Guesdon, Annegret Gröne, Elia Pagliarino, Claude Guillemot, Guennadi Vassilkov, Jo Winter, sont les "magiciens" qui utilisent toutes les formes du dessin pour nous offrir un champ infini de lectures non dirigées


Rétro-Pro-Spective, versant gravure


Et voici les graveurs de cette exposition retro-pro-spective : Judith Rothchild, Jean Christophe Alix, León Díaz Ronda, et Claude Tournon de qui quelques estampes sont accrochées, ou rangées dans des cartons à dessin à votre disposition dans la galerie. Ils seront aussi à l'honneur du 13 juilllet au 31 août et partageront l'espace avec les chimères d'hommes et d'animaux de Pepe Doñate.
Un petit rappel technique et sémantique aux propos de la "gravure".
Le terme de gravure est le terme générique pour l'ensemble des techniques artistiques utilisant le creusement d'une surface de pierre, de bois, de métal, de lino ou de plexiglass, puis d'un encrage de cette surface, afin d' être imprimée sur du papier ou d'autres supports.(lithographies, xylographies, eau forte et manière noire, linographie...)
Le ou les tirages obtenus sont des "estampes", mais aussi par affaiblissement de nos vocabulaires, simplement des "gravures" ou des "tirages".
Cet art est probablement très ancien, car on en retrouve des œuvres dès le septième siècle dans une  Chine, qui avait "inventé" le papier, technique que les Arabes s'approprièrent et développèrent.
On retrouve, venant du quatorzième siècle bourguignon, la plus ancienne matrice de bois de noyer, représentant sur une face " le centurion et les deux soldats " et sur l'autre " l'Ange de l'Annonciation" (source Wikipedia).
Puis, en France,  la "gravure" sur bois se développe grâce à la découverte de la fabrication du papier et permet la réalisation et la démocratisation de premiers livres dès le début de la Renaissance française et européenne. (On se souvient avec bonheur de l'exposition de Philippe Guesdon qui nous a rendu plus savant à ce sujet).
Les dernières gravures utilisées pour un domaine public furent exécutées pour les journaux du  siècle dernier et s'inscrivent aujourd'hui pleinement dans le domaine artistique. (lithographies de Daumier)
L'impression numérique industrielle et omniprésente de ces dernières années a, à fortiori, re-qualifié leur noblesse, leur technicité, leur préciosité, ainsi que la relation à l'intime et à la sensibilité de chacun de ses  amateurs, toujours émus du résultat esthétique et de la prouesse artistique et technique  que doit acquérir le graveur.

Rétro-Pro-Spective, versant sculpture


Voilà cette troisième mini vidéo qui va vous permettre de faire un peu connaissance avec les sculpteurs et leurs œuvres dans cette expo toujours Rétro-Pro-Spective.
Leurs sculptures émettent des signaux très différenciés. Elles captent l'attention, ne serait-ce que par leur volume, et par les vibrations émotionnelles qu'elles nous renvoient… elles nous parlent, ou nous écoutent, car elles sont présence immédiate, comme la parole, le bruit, ou la musique.
Elles sont étonnantes, solides, drôles, pleines d'humour, en fer, en bois, en os ou en terre, elles sont des ancêtres, des enfants, des sages, des crevasses et des sillons, des petites robes toujours brûlantes, toujours enceintes, et quelques fois elles s'échappent d' enfers, de romances ou de cris de bronze.
Elles nous interpellent, nous font sourire et nous offrent de réfléchir à la tendresse, à l'amour, à la souffrance, à la solitude, à nous.....
Merci aux sculpteurs:
Fanny Pallaro, Nicole Masse, Francoise Langlois , Christiane Cantarelli, Margot Guillemot Jaumaud, Tatiana Rozenblat, Anne de Crecy, Anne Guerrin, Jean Christophe Alix

Rétro-Pro-Spective, versant peinture